VICTOIRES DES LOCATAIRES

En effet, grâce à la ténacité des locataires, Gil-Mario, Max, Rémy ainsi que la mobilisation des voisins et des membres du Comité logement Ville-Marie

(avec le soutien de quelques personnes du Comité logement du Plateau), l'Arrondissement a donc décidé de ne pas aller de l'avant avec ce projet de démolition. L'Arrondissement, qui n'avait pas exigé d'attestation démontrant que le promoteur avait pris des dispositions pour reloger ses locataires, a constaté séance tenante que les locataires encore présents dans l'immeuble n'avaient jamais été avisés et qu'ils désiraient par ailleurs demeurer dans leur logement. Il a par conséquent décidé de surseoir à l'adoption de ce projet entaché d'irrégularités tant qu'une entente ne sera pas intervenue entre le promoteur et les locataires et ainsi protéger les locataires. Toutefois, les locataires ont clairement exprimé leur volonté de demeurer dans leur logement et leur quartier (dernier ilôt restant du Faubourg à m'lasse au sud du boulevard René-Lévesque).

LACUNE À CORRIGER

Le Comité logement Ville-Marie a par ailleurs souligné et demandé de corriger une très grave lacune dans la règlementation de l'Arrondissement,une lacune qui peut entraîner de sérieux préjudices pour les locataires et porter atteinte à la protection du parc de logements locatifs. En effet, pour réaliser son projet de condos et démolir l'immeuble, l'Arrondissement et le promoteur ont utilisé le Règlement sur les projets particuliers de construction, de modification ou d'occupation d'un immeuble plutôt que le Règlement sur la démolition d'immeubles.

Or, ce règlement ne comporte, contrairement au Règlement sur la démolition d'immeubles, ne comporte pas de critère adéquat pour baliser et autoriser une démolition de logements. Des critères devant tenir compte de l'intérêt public et de l'intérêt des parties : l'état de l'immeuble; la détérioration de l'apparence architecturale, du caractère esthétique ou la qualité du voisinage; le coût de restauration; l'utilisation projetée du sol dégagée; tout autre critère pertinent, notamment, lorsque l'immeuble comprend un ou plusieurs logements, le préjudice causé aux locataires, les besoins de logements dans les environs et la possibilité de relogement des locataires. Précisons que l'Office de consultation publique de Montréal (OCPM) a recommandé récemment que les critères de ce règlement soient précisés et améliorés.

EN TERMINANT, BRAVO AUX LOCATAIRES

ET MERCI POUR LA BELLE MOBILISATION ET SOLIDARITÉ DES GENS DU QUARTIER

Solidairement,

Comité logement Ville-Marie de Montréal
1710, rue Beaudry, local 2.6
Montréal, (Québec) H2L 3E7

514.521.5992

 
PROTÉGEONS NOS LOGEMENTS ET NOS DROITS

Image